rcweb
Le blog pour
devenir rédacteur web

Référencement naturel

Techniques de rédaction

Stratégie de contenu

Je t’explique

ce qu’il faut savoir pour apprendre la rédaction SEO

Formation rédaction SEO

Non, ce n’est pas parce que tu es rédacteur web que tu peux afficher sur ton site la mention rédacteur SEO. Ce sont deux choses qui n’ont rien à voir.

Demande à un rédacteur web de ton entourage s’il sait créer un cocon sémantique ? Trouver des mots clés pertinents ? Définir une stratégie de backlinks ?

Tu verras qu’ils sont peu nombreux à te répondre oui.

Je sais qu’on t’a dit que la rédaction de contenu est importante est importante pour être visible sur Google, mais pas seulement.

Il faut savoir adapter ce contenu aux exigences de l’algorithme de Google. Chose que beaucoup de rédacteurs web ne savent encore pas faire.

Pour une bonne formation de rédacteur web, tu dois connaitre les règles de la rédaction SEO. Eh oui !

Deviens rédacteur web !

Télécharge le programme de ma formation pour devenir rédacteur web.
Je suis Alexandre Montenon.

Je suis Alexandre Montenon.

Spécialiste en stratégie de contenu et formateur en rédaction web à l'ISCOM Lyon 7.

Découvre ma checklist des choses à savoir
pour devenir rédacteur web.
Tout mes conseils et astuces dans un guide gratuit !

formation rédaction web express.

Ce qu’il faut savoir pour devenir expert en rédaction SEO

N’importe qui peut s’auto-proclamer “rédacteur web freelance”. Mais peu de personnes le sont réellement ! La rédaction professionnelle implique beaucoup de connaissances, notamment du fonctionnement interne de Google et des moteurs de recherche.

L’objectif ultime est que ce que tu rédiges termine au top du classement Google, pas vrai ? Et quel est le meilleur moyen d’obtenir ce que tu souhaites du système informatique ? Connaître son fonctionnement intérieur ! Et c’est là qu’intervient la rédaction SEO, ou Search Engine Optimization.

Pour t’expliquer au mieux ce que c’est, je vais définir et décortiquer tous les grands outils de la SEO : l’étude des mots clés et leur longue traîne, les intentions de recherche, l’établissement d’un champ lexical et sémantique, les différentes balises et la méta description, la réécriture d’URL, l’optimisation des images et la création du maillage interne.

Avec ça, la rédaction SEO n’aura plus de secret pour toi !

01

Savoir trouver des mots clés

Comme tu le sais peut-être déjà, les mots clés sont les expressions qui sont liées à ta page ou à ton article de blog. Il y a le mot clé principal, sur lequel la rédaction d’articles est basée. Et les mots clés secondaires, qui sont des synonymes du mot clé principal.

Dans tous les cas, choisir un mot clé n’est pas une tâche à prendre à la légère ! En effet, il faut que ton mot clé corresponde au maximum à l’idée que développe ton contenu SEO.

Lorsque tu choisis tes mots clés, il y a plusieurs choses à prendre en compte.

Tout d’abord, le fait que ton mot clé corresponde à ce sur quoi tu rédiges.

Ensuite, le fait que l’expression clé que tu vas choisir soit suffisamment recherchée mensuellement.
Et pour finir, la concurrence liée à ce mot clé.

Mais ne t’inquiète pas, tu n’es pas obligé de faire toutes ces recherches par toi-même ! Il existe de nombreux logiciels que te donnent toutes ces données. Celui que j’utilise personnellement : Google Adwords. Il en existe beaucoup, et certains tels que Ubersuggest sont gratuits.

Il s’agit alors de trouver le parfait mot-clé, la balance idéale entre les trois facteurs.

02

Les intentions de recherche

Les intentions de recherche sont également à prendre en compte quand tu choisis ton mot clé. Là-dessus aucune surprise : il s’agit simplement de déterminer si l’expression correspond vraiment au produit que tu crées.

Autrement dit, si les internautes tapent le mot clé principal lié à ce que tu viens de rédiger ou à ce que tu vends, est-ce qu’ils recherchent ton produit, ou autre chose ?

Par exemple pour l’article que tu es en train de lire : mon mot clé est “Formation rédaction SEO”, parce que je cherche à te former sur les bases de la SEO.

Si mon mot clé avait été “rédacteur SEO”, l’intention de recherche n’aurait pas été vraiment cohérente avec mon contenu éditorial du site !

Si tu galères un peu à trouver une expression clé, je te conseille de taper ce que tu as en tête pour voir ce qui ressort sur Google. Tu peux alors également regarder le nombre de résultats, et constater par toi-même l’intensité de la concurrence qui correspond à ce mot-clé !

03

Le champ lexical et sémantique

Les champs lexicaux et sémantiques de la rédaction de contenu de qualité concernent le côté rédactionnel pur et dur.

Le concept du champ lexical est probablement enfoui quelque part dans ta mémoire : ça date du collège, mais je suis sûr que tu en as de vagues souvenirs. Il s’agit simplement des mots et expressions qui gravitent autour de ta thématique. Lorsque tu expliques quelque chose, ton choix des mots est instinctif : ils ont un lien avec le sujet que tu traites. Et bien à l’écrit, c’est pareil ! Ça permet de planter un décor, et d’aspirer davantage ton lecteur et son attention.

Le champ sémantique et son optimisation sont un peu plus techniques. Si le champ lexical sert à happer l’attention de ton lecteur, le champ sémantique sert à convaincre les algorithmes de Google que ton contenu unique est intéressant. Tout simplement, lorsque tu utilises certains mots plutôt que d’autres, tu vas grimper dans le SERP.

Comment identifier ces mots ?

Heureusement pour toi, pas besoin d’écumer la première page de résultat pour déterminer les mots qui sont le plus utilisés ! Il existe des logiciels qui font tout le travail pour toi.

Tu peux par exemple t’inscrire sur 1.fr, qui te donne un pourcentage correspondant à l’optimisation SEO de ta page en fonction de ton mot clé principal. Sinon, Alyze.fr est gratuit et également fonctionnel.

La rédaction web, c’est un éternel compromis entre les intérêts des internautes, et les règles d’écriture imposées par Google. Là est toute la beauté de la rédaction SEO !

04

La longue traîne

La longue traîne est une expression liée au concept du mot clé principal. Lorsqu’on dit d’un mot clé principal qu’il a une longue traîne, c’est parce qu’il s’agit d’un mot clé spécifique, précis. Donc au lieu de simplement mettre “Rédaction SEO”, j’ai ciblé en précisant “Formation rédaction SEO”. Tu vois la différence ?

En ce qui concerne l’établissement d’une longue traîne, il y a deux écoles.

Lorsque tu choisis un mot clé plus généraliste, tu sélectionnes un mot clé qui sera plus recherché par les internautes. Donc un mot clé qui t’apporte davantage de trafic. Ceci dit, étant donné que c’est un mot clé plus populaire, il y a forcément plus de pages web qui lui seront associées. Il faut donc que tu travailles d’arrache-pied, pour pouvoir espérer être bien classé par le Googlebot.

En toute logique, si tu choisis un mot clé avec une longue traîne, tu obtiendras moins de trafic. MAIS tu obtiendras un trafic bien plus qualifié ! Et qui dit moins de taux de rebond, dit meilleur positionnement dans le SERP… Pratique !

05

La balise Title

Les balises sont considérées comme les zones chaudes, par le Googlebot. Autrement les zones les plus prises en compte quand il s’agit de déterminer la qualité du contenu professionnel que tu rédiges. Il faut donc bien les optimiser !

La balise Title correspond au nom de ton article, tel qu’il apparaîtra dans la barre des moteurs de recherches. L’idéal est qu’elle attire au maximum l’œil des internautes, sans pour autant être trop longue.

Si tu parviens à trouver ce juste milieu, les internautes auront bien plus tendance à cliquer sur ton lien, ce qui augmentera ton trafic de manière exponentielle.

Pour bien attirer l’attention des internautes et te démarquer parmi tous les articles, il y a quelques petites astuces de rédaction. Et d’un point de vue purement algorithmique également ! Il faut par exemple que ta balise Title contienne ton mot clé principal, et si possible un mot clé secondaire.

06

L’URL rewriting

Ou réécriture d’URL, pour les non bilingues ! Tout simplement, lorsque tu crées une page web, un URL est généré automatiquement. En soi, c’est une succession de chiffres et de donnés qui n’est claire ni pour l’utilisateur, ni pour Google.

L’idée est donc de réécrire cet URL afin de lui donner une forme plus humaine. N’oublie pas que l’intérêt premier du Googlebot est d’améliorer l’expérience utilisateur. Les règles établies sont donc toujours tournées vers cet objectif.

Pour réécrire ton URL d’une manière efficace, je te conseille de faire au plus simple. Il faut que tu résumes la thématique que tu traites, en quelques mots. Ne cherche rien d’extravagant, il faut que ton URL parle à l’internaute.

Ainsi, si d’aventure ta page ne charge pas, l’utilisateur verra en fonction de ton URL s’il est sur la bonne page ou pas. Et bonjour le taux de rebond au minimum !

07

La méta description

La méta description correspond au petit texte descriptif qui se trouve sous ta balise Title, sur la page de résultats Google.

Il y a peu de temps, Google a annoncé qu’elle n’était pas prise en compte pour déterminer ton positionnement. En conséquent, beaucoup de rédacteurs web freelances ont arrêté de travailler leur balise Title. Grosse erreur !

En effet, les internautes se reposent énormément sur cette balise pour décider de cliquer ou non sur une page. Si tu rédiges une méta description trop longue et pas du tout catchy, tu minimises grandement tes chances de générer du trafic.

L’idée est donc de créer une méta description suffisamment frappante et alléchante pour attirer le regard des internautes. En utilisant des statistiques, des phrases exclamatives et même parfois injonctives, tu ajoutes un côté vivant à ton article qui plaît souvent aux utilisateurs.

Si je peux te donner un autre petit conseil : place ton mot clé principal dans ta méta description. Même si ce n’est pas pris en compte pour le référencement web, on ne sait jamais. Et c’est tout de suite plus clair pour les internautes !

08

La balise H1

La balise H1 est la première zone chaude de ta page à prendre en compte. Pour rappel, les zones chaudes sont les zones les plus prises en compte par Google lorsqu’il évalue la cohérence de ta page.

La balise H1 correspond au titre de ta page, de ton article : celui qui figure en tout premier !

Les balises sont toujours limitées en nombre de caractères, et ont bien plus d’impact que les phrases random de ton article. Je te conseille donc de les optimiser un maximum.

Pour ta balise H1, l’idée est de résumer la thématique générale de ton article, tout en attirant l’intérêt de ton lecteur. Il faut donc que ton titre soit suffisamment court mais frappant, et qu’il cible parfaitement l’intérêt de la lecture qui va suivre.

Si tu veux être au top niveau référencement naturel de ton article, place un mot clé secondaire en début de H1. Et si tu peux placer ton mot clé principal à la fin du titre, c’est parfait !

09

Les balises H2 à H6

Pour vulgariser un peu, les balises H2 à H6 sont les sous-titres, sous-sous-titres etc… Plus tu en as, plus tu as de subdivisions, plus ton article est structuré : comme une pyramide inversée !

Tout comme la balise H1, les balises H2 à H6 sont considérées comme des zones chaudes. Il faut donc que tu les optimises un maximum, si tu ne veux pas gâcher leur potentiel en matière de référencement SEO.
Dans tous les cas, il est préférable d’y placer un mot clé secondaire, ou le mot clé principal. Ensuite, la rédaction dépend de ton lectorat et des circonstances rédactionnelles. Tu peux employer le ton que ton veux !

Ceci dit, n’oublie pas que plus tu descends profondément, moins les balises ont de l’importance aux yeux du Googlebot qui effectue le crawl. Aller au-delà du H6 est possible, mais n’a pas grande utilité car l’algorithme a tendance à considérer ces subdivisions comme trop profondes pour être prises en compte. Donc parfois, mieux vaut diviser ton article en plusieurs articles optimisés !

10

Optimiser les images pour le web

L’optimisation des images passe trop souvent à la trappe, alors qu’elle est prise en compte pour déterminer ton positionnement sur Google. Il s’agit d’une technique “planque” du référencement d’un site : pas très compliquée, pas très longue, mais y penser fait la différence !

Rappelle-toi toujours que l’objectif de Google est d’améliorer l’expérience utilisateur. Et l’optimisation des images de ton site fait partie des critères pour évaluer sa qualité générale (que tu peux constater par toi-même grâce à Google Analytics) !

L’idée est que le contenu web de ta page soit le plus clair possible, et qu’en cas de problème de chargement, les internautes sachent quand même de quoi il s’agit.

Ainsi, lorsque tu souhaites ajouter des images à ta page web (ce qui est fortement conseillé), fais en sorte de ne pas choisir des formats inutilement lourds : cela augmentera le temps de chargement, et adieu la satisfaction client !

Ensuite, n’oublie surtout pas de nommer les images que tu choisis en fonction de ce qu’elles apportent. Google l’apprécie énormément, parce que dans l’éventualité où ta page ou ton image ne chargent pas, l’utilisateur peut quand même connaître l’intérêt de l’image. Pratique !

11

Le maillage interne

Impossible de passer à côté du maillage interne, quand il s’agit de rédaction SEO et de référencement naturel ! Les liens internes ont le pouvoir de donner à ton site web la capacité de s’auto-propulser vers le top du classement Google.

L’idée est que si tu rédiges une succession d’articles qui ont un lien entre eux, le fait de les relier par des ancres ou des liens explicites leur donnera une vie presque constante. Pour te donner un exemple, tous les liens que tu as vus dans cet article mènent vers d’autres pages qui ont un point commun avec ce que tu lis actuellement.

Établir la connexion entre ces pages revient à leur apporter un trafic constant.

Comme un fil d’Ariane, un article mène vers un autre, puis un autre, puis un autre… Et l’algorithme Google considère que ton site web est bien ficelé, tel une toile.

Le fait d’amener ton lectorat vers d’autres articles prouve que tu as un contenu rédigé intéressant et très complet. Au top pour l’expérience utilisateur !

Envoie-moi un mail ou donne-moi un coup de fil !

Tu as la flemme de tout lire ?

Je te fais un petit résumé !

Si tu n’as pas le temps de lire tout cet article, on te résume tout, pour ton plus grand bonheur !

Pour référencer naturellement ton site ou ton article, il y a une infinité de méthodes et de techniques pratiques à acquérir.

L’étude de tes mots clés principaux et secondaires, ainsi que de leur longue traîne est une première étape.

Ensuite, il faut que tu t’assures que les intentions de recherche coïncident avec le mot clé que tu choisis.

Quand tu t’attelles à la rédaction du contenu du site, établis des champs lexicaux et sémantiques pertinents avec les idées que tu développes.

Par la suite, ne néglige pas l’optimisation des balises, de l’URL, de la méta description, et des images.

Et une fois que tu as rédigé plusieurs articles en établissant des liens entre chacun, tu augmentes ton trafic, et donc ton ranking.

Suis bien ces conseils, et tu me diras ce que ça fait de se retrouver tout en haut des SERP !

Alors, qu’est-ce-que tu attends pour te lancer ? 😉

Pour élargir ton panel de connaissances et te former à la rédaction web, voici plusieurs articles :

Le référencement naturel

La stratégie de contenu

Les techniques de rédaction
Agence de rédaction web
4 Quai Jean Moulin
69001 LYON
06 59 54 68 89

Votre contact :

Alexandre MONTENON

Les rédactrices :

Anaïs SOLER

Lauriane IZORCHE

Agathe THOMAS