Je vous explique

comment utiliser la méthode AIDA.

Oui, c’est une technique très utilisée dans la vente : c’est le cheminement à compter de la stratégie d’acquisition client jusqu’au processus d’achat (la finalisation de la vente, en somme). Mais en quoi la méthode AIDA peut-il m’aider en tant que rédacteur web ? Eh bien écoutez, c’est en fait une sacré technique de rédaction web, qui va vous séduire dès que vous allez comprendre le concept ci-dessous !
Rédaction SEO à partir de 0,10 euros / mot
Contenu optimisé pour Google avec balises méta.
C’est le moment de devenir meilleur que vos concurrents.

La méthode AIDA pour les nuls

AIDA, c’est l’acronyme de 4 mots bien distincts :

  • Attirer l’Attention,
  • Susciter l’Intérêt,
  • Créer le Désir,
  • Appeler à l’Action

En gros, c’est un peu le schéma classique du parcours d’achat, que suivent tous les experts du marketing digital, quand il s’agit de convaincre son auditoire ou son lectorat.

Et on peut dire que ça marche, car son concepteur St Elmo Elvis, spécialiste de la vente par correspondance, l’a maintenant créé il y a plus d’un siècle, en 1898 !

Alors, comment j’applique la méthode AIDA dans mes missions de rédaction de contenus web ou d’email marketing ? En respectant l’ordre suivant !

Comment j’applique cette règle des 5W ?

C’est un peu évident, mais avant de susciter l’intérêt de vos lecteurs, prospects ou clients, vous devez d’abord attirer son attention.

Et pour attirer son attention, on ne passe pas par quatre chemin : on commence avec le titre. Eh oui, c’est la première chose à soigner.

Un titre qui ne captive pas, c’est  n article qu’on ne lira pas. Et là, tous les coups sont permis : les titres à liste (avec le chiffre 3, 7 ou 99, qui sont très bien perçus) ou avec un champ lexical racoleur. On n’oublie pas non plus l’illustration qui attire le regard !

C’est pareil pour l’emailing : un bon objet va permettre d’optimiser le taux d’ouverture de vos mails de prospection.

01

Attention

C’est un peu évident, mais avant de susciter l’intérêt de vos lecteurs, prospects ou clients, vous devez d’abord attirer son attention.

Et pour attirer son attention, on ne passe pas par quatre chemin : on commence avec le titre. Eh oui, c’est la première chose à soigner.

Un titre qui ne captive pas, c’est  n article qu’on ne lira pas. Et là, tous les coups sont permis : les titres à liste (avec le chiffre 3, 7 ou 99, qui sont très bien perçus) ou avec un champ lexical racoleur. On n’oublie pas non plus l’illustration qui attire le regard !

C’est pareil pour l’emailing : un bon objet va permettre d’optimiser le taux d’ouverture de vos mails de prospection.

02

Intérêt

J’ai consacré une page à la pyramide inversée, mais c’est justement là qu’elle intervient : susciter l’intérêt du lecteur passe par le chapô. Vous savez, cette introduction qui doit donner envie au lecteur de continuer à lire un article.

C’est le B.A.BA de tout journaliste qui se respecte.

Mais ça passe aussi par la méta description, qui doit inciter l’internaute à cliquer sur le lien (balise TITLE). Pour le SEO comme pour le webmarketing, c’est le même combat !

03

Désir

Aaah, le désir.

J’ai réussi à capter l’attention du prospect cible, et à susciter son intérêt. La troisième étape, c’est de lui donner envie. Et là, ce sont mes arguments qui vont faire tout le boulot.

Des preuves, des données chiffrées, des graphismes, des résultats : tout ce qui pourra convaincre l’internaute d’acheter le produit convoité en bon à prendre. On évite donc les énumérations d’avantages et on étaie ses propos avec du tangible !

04

Action

Personnellement, quand je rédige un contenu et que j’ai réussi à convaincre mon lecteur, j’aime bien qu’il passe à l’action. C’est un peu la base du content marketing, me direz-vous.

Et pour l’encourager, j’use de différents stratagèmes : une réduction de prix, raréfier mon offre, offrir un livre blanc à télécharger (pour récolter une adresse mail par exemple), etc. Avec un call-to-action en sus, bien entendu !

Exemple de parcours AIDA

Je suis rédacteur web, et je cherche à vendre ma prestation auprès de mon client idéal. Mon client idéal lui, ne connait pas forcément le métier de rédacteur web.

Je dois donc attirer son attention avec un titre accrocheur qui correspond à son besoin du moment. Ici, je vais prendre pour exemple un restaurateur qui n’arrive pas à se faire connaitre sur Internet.

J’attire l’attention

Que ce soit sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, LinkedIn et autres) ou dans les résultats de recherche, mon titre (ou ma balise TITLE) doit être accrocheur. Et bien sûr, donner envie au restaurateur de lire mon article parce qu’il répond à son besoin.

Un titre tel que « Restaurateurs : découvrez toutes les techniques révolutionnaires pour vous faire connaitre sur Internet » aura des chances d’interpeller son regard !

Je suscite l’intérêt

Le genre d’accroche que je peux rédiger en guise de chapô :

 

« Vos avis sur TripAdvisor ne sont pas très glorieux, voire inexistants ? Votre concurrent de la rue d’à côté est devant vous sur Google ? Pire, le trafic sur votre site internet est proche de zéro ? Pas de panique, cela signifie juste que vous n’êtes pas encore trop familiariser avec le numérique. Heureusement, je vais vous donner des conseils au top, et faciles à appliquer, pour remonter dans les petits papiers du web ! »

Je crée le désir

Les gens aiment bien les chiffres. Et un sous-titre qui dévoile les « 7 astuces qui vont aider les débutants en numérique à devenir premiers sur la toile » a de fortes chances de créer le désir chez mon lecteur.

Je vais ensuite donner des chiffres : « après étude auprès de mes clients cibles qui ont appliqué cette méthode, 87% ont obtenu des résultats significatifs en moins de 3 mois », ou encore « Grâce à cette technique, Jean-Michel a augmenté sa conversion client de +37% et a même ouvert un deuxième restaurant ! ».

Je donne envie de passer à l’acte

  • En ce moment, une heure de coaching gratuit sur Skype !
  • Dépêchez-vous, mon offre prend fin dans 48h
  • Par souci de déontologie, je proposerai cette offre aux trois premiers qui se manifestent, etc.

Oui, je vais user de phrases qui vont attirer mes clients potentiels comme des aimants. Je vais aussi jouer sur l’ergonomie du site, en glissant un call-to-action rouge dans un contenu en noir et blanc par exemple, histoire de bien attirer le regard !

Vous en voulez plus ?

Oui, vous n’êtes sûrement pas restaurateur et mon exemple ne s’applique pas à vous. Mais que vous soyez e-commerçant, artisan ou gérant d’une agence web ou de communication, je saurai appliquer cette méthode.

Contre vents et marées.

Alors si la perspective de travailler votre acquisition de trafic et trouver de nouveaux clients vous intéressent, on peut éventuellement en discuter !

Par mail ou par téléphone, c’est vous qui choisissez !
> Démarrage de la mission en 48 heures
> Zéro bla bla, zéro engagement
> Satisfait ou remboursé

Mes autres techniques de
rédaction web

Alors que le parcours AIDA s’applique souvent pour la rédaction d’une fiche produit ou le mailing, on retrouve de nombreuses techniques de rédaction dans l’écriture web. Que ce soit pour une page web, un article de blog, un argumentaire, un guide d’achat ou encore un cocon sémantique, je connais toutes les façons de faire pour générer du trafic qualifié.

Pyramide inversée

Une pyramide ? Inversée ? Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut tout simplement dire que l’on commence par l’information principale pour aller jusqu’au général.

Rien de tel pour toucher vos cibles efficacement, en apportant les renseignements qu’elles recherchent dès le début de votre contenu digital.

Chunking (découpage de contenu)

Je pars d’une information générale, que je décompose par thématique ou par sémantique. Je crée ensuite des sous-parties ultra détaillées. C’est ça, le découpage de contenu.

Et c’est surtout très bon pour le référencement naturel de votre site internet !

Règle des 5w

What, Why, Who, When, Where. Cinq questions qui me permettent de réfléchir en amont à la structure de mon texte et aux informations que je propose aux internautes.

Le meilleur moyen pour proposer du contenu pertinent qui sera bien placé dans les résultats de moteurs de recherche.

Granularité de l’information

Un peu comme le chunking, mais je rentre beaucoup plus dans le détail.

D’un site e-commerce qui vend des chaussures, je vais créer un contenu pyramidal inversé pour détailler au maximum la conception d’un escarpin.

Maîtrise de la langue française

Quels que soient les canaux de diffusion, un contenu rédigé correctement en français gagne 1/ en crédibilité 2/ en pertinence. Grammaire, orthographe et syntaxe : rien ne m’échappe.

N’espérez pas mettre en place une stratégie marketing réussie sans maitriser la langue française sous toutes ses formes !

Écriture persuasive

Persuader, ce n’est pas chose aisée. En rédaction, c’est pareil. Pourquoi votre lecteur achèterait-il votre service après avoir lu votre texte ?

C’est là que j’interviens, que ce soit dans le cadre du mailing pour du marketing automation, comme de la rédaction de contenu pour améliorer l’expérience utilisateur.

Méthode AIDA
Agence de rédaction web
4 Quai Jean Moulin
69001 LYON
06 59 54 68 89

Votre contact :

Alexandre MONTENON

Les rédactrices :

Anaïs SOLER

Lauriane IZORCHE

Agathe THOMAS