rcweb
Le blog pour
devenir rédacteur web

Se lancer en tant
qu’indépendant

Je t’explique

quel type de société créer pour devenir rédacteur web

Statut freelance société

Tu sais, ça fait 10 ans que je suis rédacteur web et aujourd’hui encore, je continue à m’interroger sur le statut.

Pourquoi ? Parce que je suis auto-entrepreneur.

Truc tout bête, tiens : je cherche actuellement à acheter un appartement (à Lyon en plus, ça coûte une fortune). Eh bien, sache que nos chers amis banquiers prennent ton revenu de micro-entrepreneur et le divise par deux, tout simplement.

Donc pour eux, quand tu fais 50 000 euros de revenus sur une année, ils considèrent que tu n’as réellement gagné que 25 000 euros. Pas facile du coup, pour te faire obtenir un prêt à 1200 euros par mois.

Voilà pourquoi je me demande souvent si je ne devrais pas passer en société. Pour ça, et pour plein d’autres raisons.

Trouver le bon statut pour devenir rédacteur web, c’est une mission de longue haleine. Le statut d’auto-entrepreneur te conviendra peut-être quelques années ? Ou alors, tu veux exercer en société dès le départ ?

Dans ce cas, je t’explique ici quel type de société créer pour travailler en tant que rédacteur SEO !

Deviens rédacteur web !

Télécharge le programme de ma formation pour devenir rédacteur web.
Je suis Alexandre Montenon.

Je suis Alexandre Montenon.

Spécialiste en stratégie de contenu et formateur en rédaction web à l'ISCOM Lyon 7.

Découvre ma checklist des choses à savoir
pour devenir rédacteur web.
Tout mes conseils et astuces dans un guide gratuit !

La question à 1000 euros.

Quel statut en société choisir ?

Parmi l’infinité de statuts juridiques possibles en France, tu peux constituer une société ou te lancer en auto-entrepreneur. Déjà, choisir entre ces 2 options est une grande étape !

Si le statut de société te semble plus intéressant, il va encore falloir sélectionner LA société qui te convient le mieux :

  • SARL
  • EURL
  • SAS
  • SASU
  • SA

De prime abord, ça peut faire flipper. Tu peux te dire que c’est perdu d’avance. Après tout, tu n’y connais rien, et puis le jargon juridique, c’est pas pour toi ! Mais ne t’inquiète pas, pour te guider dans ton choix, j’ai pris soin de simplifier chacun de ces statuts. Alors accroche-toi, c’est parti !

01

La SARL

La SARL est la catégorie de société la plus répandue en France. De son petit nom Société à Responsabilité Limitée, elle est en effet très sécurisante pour quiconque souhaite se lancer doucement dans le secteur de la rédaction web. Ou même pour les autres métiers du numérique : community manager, développeur, concepteur rédacteur principal, journaliste web, content manager, chargé du marketing de contenu

Les caractéristiques

Parfait pour les petites et moyennes entreprises, le statut de SARL te permet de commencer doucement dans un domaine, sans pour autant risquer tout ce que tu possèdes.

En effet, tout est dans le nom : ta responsabilité est limitée. Autrement dit, ton patrimoine personnel (donc ta maison, tes comptes perso, tout ce qui t’appartient à toi) est en totale sécurité ! Donc si pour une raison X ou Y les choses se passent mal et ta SARL fait faillite, tes créanciers seront remboursés en fonction du patrimoine de ta SARL, et non du tien. Aucun risque pris !

Cependant, la création d’une SARL implique la rédaction de statuts formels. Ce que tu dois renseigner est précisé par la loi, et tu disposes de peu de liberté de ce point de vue-là. Mais au moins, ça t’assure un certain fil rouge, un guide si tu commences tout juste dans la création de sociétés !

Les avantages

Les SARL sont soumises à l’impôt sur les sociétés, et non sur le revenu : donc tu n’as pas personnellement à payer l’impôt de ton entreprise.

Ensuite, si tu montes cette affaire avec d’autres rédacteurs professionnels, vous n’avez aucun soucis à vous faire en ce qui concerne le capital social : il n’y a pas de minimum imposé. Autrement dit, vous pouvez injecter autant d’argent que vous le souhaitez, ou pas du tout si vous ne préférez pas prendre de risque.

Pour finir, sachant que c’est le type de société le plus répandu en France, les banques sont habituées à en voir. Donc même si tu n’as pas de capital social monumental (on va pas te mentir, ça aide), les banques auront tendance à te faire davantage confiance pour un prêt parce qu’elles arrivent à mieux jauger les perspectives d’évolution de ta société.

02

L’EURL

Petite soeur de la SARL, l’EURL lui est très similaire. Il s’agit d’une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée. À nouveau, tout est dans le nom : une société avec un seul associé, dont la responsabilité est limitée. Tout simplement !

Les caractéristiques

Les EURL ne diffèrent pas beaucoup des SARL. La seule différence majeure, c’est qu’il ne peut y avoir qu’un associé dans l’EURL : souvent, le fondateur. Donc toi, si tu choisis ce statut-là !

La procédure de constitution peut parfois sembler un peu pénible, au sens où il y a pas mal d’étapes. Il va falloir que tu immatricules ton EURL au Registre des Commerces et Sociétés, ce qui peut prendre un certain temps.

Par la suite, il va falloir suivre tout un process de publicité dans les journaux pour annoncer la création de ton EURL de manière officielle. Les démarches de constitution découragent souvent les auto entrepreneurs qui souhaitent créer une EURL, mais en réalité si tu suis toutes les étapes, il n’y a rien de trop compliqué.

Les avantages

Lorsque tu crées une EURL, tu peux choisir de soumettre ta société à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés. Tout dépend alors de ta situation financière et de ton activité. Tu peux aisément prendre rendez-vous auprès d’un comptable pour déterminer l’option qui est la meilleure pour toi.

Comme pour les SARL, ta responsabilité sera limitée. Ce qui signifie que tu peux créer ton entreprise sans prendre de risques énormes : les seuls apports que tu perdras seront ceux que tu auras placés dans l’EURL.

À nouveau, il n’y a pas d’exigence de capital social minimum. Forcément, plus tu démarres avec un capital social élevé plus les banques auront confiance en ta société. Mais tu peux également constituer ton capital au fur et à mesure de tes missions et des gains de ta société. Mieux que le portage salarial !

03

La SAS

La fameuse Société par Actions Simplifiée ! Celle-ci est composée d’un ou plusieurs associés et d’un président qui représente et gère la société. Les décisions sont prises en commun, donc les liens internes aux SAS sont relativement égalitaires.

Ainsi, si tu veux monter une SAS avec un auto entrepreneur spécialisé dans la rédaction de contenu unique, la SAS semble être une bonne option.

Les caractéristiques

La responsabilité des participants et du président d’une SAS est limitée aux apports qu’ils ont fait à la société, donc leur patrimoine personnel n’est pas engagé. Les SAS sont en règle générales soumises à l’impôt sur les sociétés.

Cependant, les démarches de constitution d’une SAS sont relativement compliquées et coûteuses. En effet, elles impliquent la nécessité de rédiger et structurer des statuts de manière claire et non équivoque. Je te conseille de faire appel à un juriste, car il y a un grand nombre de mots incompréhensibles dans les statuts des sociétés !

Et même pour la gestion de la SAS elle-même : elle est soumise aux obligations juridiques des sociétés. Donc le fait de faire des assemblées générales, de faire accepter les comptes, la rédaction du rapport de gestion, et tant d’autres. Le mieux, c’est donc que tu t’y connaisses un peu avant de t’y lancer !

Les avantages

Même si la gestion d’une SAS est un peu plus professionnelle et professionnalisante, cette forme juridique a pas mal d’avantages pour les rédacteurs web. Déjà, si tu as besoin d’emprunter auprès d’une banque pour louer des locaux ou du matériel, tu auras tout de suite plus de crédibilité auprès des banques.

Ensuite, les SAS sont idéales pour les partenariats avec les autres rédacteurs web car elles facilitent grandement le travail en groupe. Et surtout, tu disposes d’une liberté quasi totale pour la création de contenu du texte de tes statuts. Donc tout ce qui est objectif et contraintes, c’est toi qui les détermines pour ta propre société. Tu peux donc l’adapter à ta vision des choses (à condition d’avoir l’accord de tes associés) !

04

La SASU

Un peu comme la SAS, sauf que la SASU est une Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle. Autrement dit, tu en es le seul associé : liberté de décision totale pour écrire pour le web !

Les caractéristiques

Tout comme pour la SAS, tu pourras rédiger des textes pour les statuts de ta SASU en toute liberté. Seul bémol, il est exigé de toi que rédiges des statuts en béton : aucun doute ne doit être possible, il faut que tu sois clair et explicite ! Il est donc souvent conseillé de faire appel à un juriste.

Petit inconvénient également dans la gestion des SASU : il va falloir que tu tiennes tes comptes d’une manière stricte. Il est souvent exigé du gérant d’une SASU qu’il fasse appel à un comptable. En effet, ta SASU sera soumise aux obligations juridiques qui pèsent sur les sociétés.

Les avantages

Avec une SASU, tu n’as pas de plafond de chiffre d’affaire qui t’oblige à changer de statut si ta société fonctionne trop bien. Et si tu combines cet avantage à ta responsabilité limitée : tout est fait pour que tu gagnes de l’argent, et non que tu en perdes !

En plus de tout ça, tu peux choisir de soumettre ta SASU à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés, en fonction de ce qui est le plus bénéfique dans ta situation.

On t’apprend comment rédiger du contenu professionnel pour les statuts pour monter une SASU dans cet article

05

La SA

Pour finir, il ne faut pas oublier d’évoquer la Société Anonyme. Je la place à la fin de ce classement, car en toute honnêteté, tu es peu susceptible de choisir cette forme juridique pour rédiger des fiches produits, des pages web, créer une stratégie de contenu de qualité pour le référencement naturel par les moteurs de recherche

Les caractéristiques

La SA n’est pas une société unipersonnelle : elle doit contenir au minimum 2 associés. Là encore, il faut un dirigeant et un conseil d’administration composé des associés de la société anonyme.

La raison pour laquelle cette forme juridique est moins répandue en France, est l’exigence de son capital social minimum. En effet, pour pouvoir monter une SA il faut faire un apport de base d’au moins 37 000€. Et sauf exception, quand tu te lances dans une activité de rédacteur web tu disposes rarement de 37 000€ sous la main !

C’est pourquoi je ne te la conseille que si tu souhaites créer un véritable partenariat pour monter une société de rédacteurs web. Auquel cas, en fonction de vos situations respectives, ce sera peut-être intéressant.

Les avantages

L’avantage non négligeable avec le fait de monter une SA, c’est la perspective d’évolution : si tu parviens à monter une SA, tu ne pourras qu’étendre et diversifier ton activité. Le top !

En outre, au vu du capital social minimum dont dispose une SA, les banques te feront bien plus facilement confiance quand il s’agira de faire un prêt. Niveau professionnalisation, il n’y a pas mieux ! Mais ce n’est clairement pas une forme juridique si tu te lances tout juste dans le métier de rédacteur web.

Autant apprendre à marcher avant de courir !

Envoie-moi un mail ou donne-moi un coup de fil !

Tu as la flemme de tout lire ?

Je te fais un petit résumé !

Eh bien tout dépend de ta situation ! Chaque forme juridique a ses avantages et ses inconvénients.

L’EURL et la SARL te proposent une responsabilité limitée, mais le contenu des textes des statuts est plutôt rigide. La SASU et la SAS t’offrent une grande liberté quant à l’écriture ou la réécriture de tes statuts, mais les démarches de constitution sont plutôt longues et coûteuses. Et quant à la SA elle te donne un cachet que ne t’accordent pas les autres formes, mais il faut que tu aies 37 000€ à disposition.

Alors maintenant que tu as toutes les informations : à toi de jouer !

Pour en savoir plus sur les statuts en tant que rédacteur web, tu peux lire ces articles complémentaires :

En tant que travailleur indépendant
Agence de rédaction web
4 Quai Jean Moulin
69001 LYON
06 59 54 68 89

Votre contact :

Alexandre MONTENON

Les rédactrices :

Anaïs SOLER

Lauriane IZORCHE

Agathe THOMAS