Rédaction web SEO :
comment bien rédiger pour référencer son site internet ?

Isabelle Canivet, de l'agence Yellow Dolphin, a beau avoir rédigé un ouvrage de qualité sur le sujet, bien rédiger pour le web nécessite constamment des rappels, surtout au vu des évolutions constantes de l'algorithme de Google. Pas facile aujourd'hui, d'adopter la bonne stratégie de rédaction web SEO pour optimiser son référencement naturel. Eh oui, la rédaction web est la pierre angulaire du SEO depuis de nombreuses années. On fait le point sur les règles in-dis-pen-sables à respecter !

À propos de l'auteur

Spécialiste du référencement naturel et de la stratégie de contenus, j'accompagne les entreprises dans leur développement web depuis 2011.

1/ Bien préparer la rédaction SEO

 

Du consultant SEO (Search Engine Optimization, ou optimisation pour les résultats de recherche) au content manager, en passant par le rédacteur web, tous les acteurs de la rédaction de contenu s'accordent sur un point : c'est le mot clé principal qui doit retenir toute votre attention, avant de commencer à rédiger. Viennent ensuite les mots clés secondaires et bien entendu, le champ sémantique et la longue traine !

 

 

Sélection du mot clé principal

Imaginons que votre activité s'articule autour de l'hôtellerie : vous êtes donc propriétaire d'un hôtel en Auvergne, équipé d'un jacuzzi, d'un spa et d'un service de restauration.

 

Vous ne pourrez pas utiliser l'ensemble de ces caractéristiques pour placer votre page web sur un seul mot clé unique. En effet, quel internaute tapera "hotel Auvergne spa jacuzzi restaurant" dans la barre de recherche Google ?

 

Si on décompose les différentes caractéristiques, plusieurs mots clés sont possibles :

 

• hôtel Auvergne
• hôtel spa Auvergne
• hôtel restaurant Auvergne
• hôtel avec jacuzzi Auvergne, etc.

 

Mon conseil : une page pour chaque mot clé principal. Conservez le mot clé qui va générer le plus de trafic qualifié pour votre page d'accueil, et utilisez les autres pour les pages internes ou le cocon sémantique.

 

Attention : évitez les mots clés génériques. Ici, hôtel Auvergne sera beaucoup trop vague pour attirer un trafic qualifié, et votre taux de rebond risque d'en subir les conséquences. Préférez plutôt "hôtel spa Auvergne" si c'est la valeur ajoutée de votre établissement !

 

 

Comment savoir si votre mot clé principal est pertinent ?

Plusieurs outils en ligne existent pour vous aider à trouver et mieux définir votre mot clé principal. À commencer par Google Keyword Planner, qui vous donnera toute une liste de suggestions une fois votre mot clé principal sélectionné.

 

Dans l'exemple ci-dessous, la requête "hotel Auvergne" renvoie à de nombreuses autres requêtes :

 

• hotel de charme auvergne
• hotel spa auvergne
• hotel auvergne piscine
• hotel vulcania

 

 

À vous de choisir les mots clés qui correspondent à votre activité, et à vos objectifs de trafic. Pour visualiser le nombre de visites estimées, concentrez-vous sur la colonne "Nombre mot. de recherches mensuelles", qui répertorie le nombre de fois où la requête est recherchée dans Google tous les mois.

 

Un conseil : ne répétez pas plusieurs fois le mot clé principal (au risque d'être considéré comme un spammeur et sanctionné pour spamdexing). Ce sont les deux prochaines étapes qui permettront à votre texte de bien se placer dans Google. Honnêtement, votre densité de mot clé ne doit pas dépasser 2 à 3 répétitions.

 

 

Sélection des mots clés secondaires et longue traine

Quand vous utilisez l'outil de planification des mots clés Google Adwords, pour juger de la pertinence de votre mot clé principal, vous pouvez voir que Google vous propose (comme expliqué dans la première partie) une liste de mots clés dans la même thématique. Voilà vos mots clés secondaires !

 

Que faire ensuite de ces mots clés secondaires ? Pratiques, ils vont nous aider à travailler ce que l'on appelle la notion de longue traine. Le mot clé secondaire sera la tête de votre longue traine, qui génère peu de trafic.

 

C'est surtout le queue de la longue traine qui nous intéresse ici, puisqu'elle se constitue de très nombreuses requêtes qui elles, génèrent près de 80% du trafic d'un site. Contre 20% contre le mot clé principal.

 

Exemple de longue traine, avec le mot clé "hotel Auvergne" :

 

• Hotel Auvergne piscine à proximité de Vulcania
• Hotel spa Auvergne avec vue sur les montagnes
• Hotel de charme Auvergne au pied des pistes de ski

 

Ici, on réutilise donc des mot clé secondaires, qui sont la tête et le milieu de la longue traine :

 

• Hotel Auvergne piscine
• Hotel spa Auvergne
• Hotel de charme Auvergne

 

Et on rajoute des caractéristiques (requêtes plus spécifiques moins recherchées par les internautes) pour la queue :

 

• à proximité de Vulcania
• Auvergne avec vue sur les montagnes
• au pied des pistes de ski

 

 

Définition du champ sémantique

Un champ lexical, c'est un groupe de mots qui s'inscrivent dans la même thématique que votre mot clé principal. Un champ sémantique, c'est un ensemble de sens qui peuvent vouloir dire la même chose.

 

Même si les deux termes n'ont pas forcément le même sens, il est pourtant indispensable de prêter une grande attention aux deux types de champ (lexical et sémantique).

 

Pour être plus clair, essayer d'imaginer un texte sans utiliser une seule fois votre mot clé principal. Est-ce que votre lecteur comprendrait quand même que le sujet de votre article concerne votre MC principal ?

 

Exemple : vous rédigez un article sur la nécessité d'écrire des fiches produits SEO pour les sites e-commerce.

 

Votre champ sémantique sera donc le suivant :

 

• E-commerce
• Taux de transformation
• Rédacteur web
• Clients potentiels
• Argumentaire, etc.

 

Pour définir au mieux votre champ sémantique, reprenez les quatre premiers articles de blog sur la première page de résultats Google, puis essayer de relever les mots similaires les plus couramment utilisés. Si Google a bien placé ces articles, c'est justement parce qu'il estimait que le champ sémantique était parfaitement adapté. À vous de réutiliser ces termes pour votre propre rédaction !

 

 

2/ Respecter les règles SEO et de rédaction web

 

Après avoir défini votre mot clé principal, vos mots clés secondaires, vos différentes longues traines et votre champ sémantique, vient ensuite la structure du contenu éditorial. Mais il ne suffit pas seulement de rédiger pour être bien référencé sur Google : vous devez ABSOLUMENT respecter des règles SEO !

 

 

La balise h1

On commence par la balise h1, qui est en fait le titre éditorial de votre texte (page web, fiche produit ou article de blog). Cette balise est une zone chaude pour Google, c'est-à-dire un endroit stratégique pour placer votre mot clé principal. D'ailleurs, 80% des résultats positionnés dans le top 10 ont utilisé des balises h1 dans leur contenu.

 

Vous devez donc rédiger un titre h1 qui comprend OBLIGATOIREMENT votre mot clé principal, tout en sachant que Google accorde plus de poids aux mots clés placés en début de balise. Si nous reprenons notre exemple d'article sur la rédaction de fiche produit, notre balise <h1> pourrait se rédiger de la manière suivante :

 

Rédaction fiche produit : pourquoi est-il important de rédiger des descriptifs SEO ?

 

Certains consultants en référencement naturel conseillent également de rédiger votre titre h1 sous forme de question, en recherchant les questions les plus généralement tapées dans la barre de recherche Google.

 

 

De cette manière, si votre article est long et pertinent, vous pourrez éventuellement apparaitre en position 0 (c'est-à-dire devant tout le monde dans les SERP).

 

 

Mais avant tout, la balise h1 a surtout un rôle d'indicateur pour les googlebots. En inscrivant votre titre éditorial entre des balises <h1> et </h1>, vous indiquez aux crawlers que cette phrase est le titre de votre article. Idem pour les autres balises h2, h3, h4, h5 et h6 !

 

 

Les balises h2, h3, h4, h5 et h6

Comme le titre h1, les balises h2, h3, h4, h5 et h6 permettent de structurer votre article avec des sous-titres. Le niveau des balises indiquent aux crawlers l'importance du sous-titre, avec bien entendu le h2 (heading niveau 2) qui a un niveau d'importance nettement plus élevé que les autres, et joue donc un petit rôle dans l'optimisation SEO de votre texte.

 

Mais plus qu'un intérêt SEO, les balise HTML ont pour but de fluidifier la lecture, en servant de sous-titres et préparer le lecteur à ce qu'il va lire dans le paragraphe qui suit. On mise donc sur l'expérience utilisateur également !

 

IMPORTANT : L'ordre des balises doit obligatoirement être cohérent et suivre une logique décroissante.

 

<h1>Titre de l'article</h1>
Contenu du paragraphe
<h2>Sous-titre de la première partie</h2>
Contenu du paragraphe
<h3>Sous-titre de la sous-partie</h3>
Contenu du paragraphe
<h3>Sous-titre de la sous-partie</h3>
Contenu du paragraphe
<h4>Sous-titre de la sous sous-partie</h4>
Contenu du paragraphe
<h4>Sous-titre de la sous sous-partie</h4>
Contenu du paragraphe
<h2>Sous-titre de la deuxième partie</h2>
Contenu du paragraphe

 

En termes de référencement web, les balises h1 à h6 ont toutes leur rôle à jouer. Cependant, une balise h6 sera moins importante qu'une balise h5, qui sera moins importante qu'une balise h4, etc.

 

Si vous ne deviez privilégier que deux balises HTML dans votre article, pensez surtout aux balises h1 et h2.

 

 

Le volume de mots

Il y a encore quelques années (et certains le pensent encore aujourd'hui), la plupart des consultants SEO criaient haut et fort qu'un volume de 300 mots minimum suffisait pour être indexé et référencé dans les résultats Google. Ce à quoi le web a vu déferlé une vague d'articles inintéressant, ciblant chacun un mot clé principal, avec des contenus se limitant à 300 mots. Heureusement, les temps ont changé !

 

2000 mots, c'est maintenant le volume à atteindre pour viser les premiers résultats Google. Rares sont les articles de blog présents dans le top 10 avec un volume inférieur à 1000 mots.

 

En se basant sur une étude qui analyse près de 6000 résultats, Semrush estime que la longueur moyenne est de 810 mots pour une page web, et que le temps moyen de rédaction pour un texte optimisé SEO est de 152 minutes.

 

 

3/ Optimiser le SEO on-page

 

Avant de continuer, faisons un point sur les deux premières parties.

 

1. Vous avez sélectionné votre mot clé principal et défini vos mots clés secondaires pour la longue traine

2. Vous avez récupéré les mots similaires présents dans les textes placés sur les premiers résultats Google, en tapant votre mot clé principal (pour définir votre champ sémantique)

3. Vous avez rédigé un titre h1

4. Vous avez structuré votre texte avec des balises h2 (et éventuellement des balises de niveau inférieur)

 

Si tout est bon de votre côté, passons maintenant sur l'optimisation de votre page web !

 

 

La balise TITLE

La balise TITLE (ou balise TITRE), qu'est-ce que c'est ? Tout simplement la balise la plus importante en termes de référencement naturel !

 

Bien qu'elle ne soit pas directement visible sur la page de votre site Internet, vous la retrouverez dans les SERP (Search Engine Result Page). Exemple plus concret, avec le mot clé "hôtel spa Auvergne" :

 

 

Tous les résultats que vous voyez apparaitre en bleu, ce sont les balises TITLE des sites internet. Pour le résultat https://www.hotel-bains-romains.com/plaisir/, en bas de la première page (l'un de mes clients), la balise TITLE est donc :

 

Week-end en Auvergne : séjour spa, bien-être et détente

 

À ne pas confondre avec la balise h1, qui elle apparait bien sur le site ("Hôtel Mercure") :

 

 

Bien rédiger une balise TITLE, c'est aussi savoir placer votre mot clé principal en début de balise. Exemple :

 

Hôtel spa Auvergne : hôtel Mercure avec jacuzzi à Saint-Nectaire

 

En termes de longueur, misez sur un balise TITLE comprise entre 55 et 65 caractères pour éviter de la voir tronquée dans les résultats de moteur de recherche :

 

 

 

La méta description

Toujours d'après SemRush, "99% des sites positionnés dans le top 10 ont utilisé des meta descriptions dans leurs stratégie d'optimisation". Mais qu'est-ce que la méta description ?

 

C'est tout simplement le résumé de deux lignes, que vous retrouvez en-dessous de la balise TITLE dans les résultats de recherche. Pour éviter qu'elle soit tronquée dans les SERP, ne rédigez pas une description supérieure à 156 caractères (moins si votre description intègre automatique des métadonnées, comme la date de publication de l'article).

Exemple de méta description :

 

 

Dans l'exemple ci-dessus, la méta description est la suivante :

 

SITE OFFICIEL | L'espace détente (SPA, piscine…) de l'hôtel Le Fort du Pré, hôtel de charme entre Ardèche et Auvergne. Meilleurs tarifs garantis.

 

Bien que rédiger une méta description est important, elle n'apporte aucune valeur ajoutée en termes de référencement SEO (Google ne prend pas en compte les mots clés insérés dans ce texte). Inutile donc, de faire une liste de vos mots clés principaux dans cette balise meta.

 

En revanche, il est FORTEMENT conseillé de rédiger un texte séduisant, qui ne trompe pas l'internaute et qui lui explique tout de suite ce qu'il va trouver en cliquant sur votre page. C'est ce que l'on appelle inciter au clic.

 

Pour ce faire, vous pouvez utiliser des verbes d'action (découvrez dès maintenant, réservez en un clic, trouvez facilement, etc.). N'hésitez pas non plus à mettre en avant un argument marketing qui vous distingue de la concurrence !

 

 

Le permalien

Le permalien, c'est l'URL complète et définitive de votre page web (contraction entre "permanent" et "lien"). Optimiser votre permalien, c'est augmenter vos chances d'être indexé sur les moteurs de recherche, être mieux positionné dans Google et de faciliter la lecture de l'URL par vos visiteurs.

 

Pour une bonne optimisation d'URL d'une page web, il est conseillé de reprendre votre mot clé principal, et de l'intégrer après votre nom de domaine (URL principale de votre site web).

 

Exemple :

 

https://www.redacteur-contenu-web.com (nom de domaine)
bien-rediger-pour-le-web (mot clé principal)

 

Notre permalien sera donc le suivant :

 

https://www.redacteur-contenu-web.com/bien-rediger-pour-le-web

 

 

La balise ALT

Même si les robots Google sont déjà très intelligent artificiellement, ils n'arrivent toujours pas à interpréter le contenu visuel d'une image. Oui, ils ne savent lire que les mots et c'est pour cette raison que vous devez les aider avec l'attribut ALT.

 

Pour le référencement site internet, la balise ALT est importante sur plusieurs plans :

 

• Google tient compte des mots clés contenu dans l'attribut ALT
• Le référencement des images sur Google devient de plus en plus important
• Le contenu de la page peut être plus facilement interprété par les crawlers
• La génération de trafic qualifié peut augmenter grâce à Google Images

 

Pour remplir la balise ALT, essayer de trouver une expression de 5 à 6 mots qui décrit votre image mais qui comprend également votre mot clé principal.

 

Exemple : pour la page référencée sur le mot clé "hôtel spa Auvergne", utilisez la description "femme dans hôtel spa en Auvergne" pour décrire l'image ci-dessous.

 

 

Le maillage interne et externe

Nécessaire pour faciliter l'indexation de vos pages par les crawlers et améliorer l'expérience utilisateur, le maillage interne n'est pas à prendre à la légère. Et encore plus dans le cas d'un cocon sémantique !

 

En ce qui concerne le maillage externe, il s'agit cette fois-ci d'un lien sortant qui pointe vers un résultat extérieur à votre site (un article de blog, une vidéo sur YouTube, un compte Instagram, une page Facebook, etc.). Notre conseil : 1 lien externe pour 2 liens internes.

 

 

Le plugin WordPress SEO by Yoast

 

Pour résumer, le SEO on page (ou SEO on site) consiste à rédiger :

 

• une balise h1 et balise TITLE
• une balise méta description
• une URL optimisée avec votre mot clé principal
• une balise ALT

 

Puis d'insérer des liens externes et internes. Mais comment faire ? Où remplir la balise TITLE et toutes les autres ?

 

Puisqu'aujourd'hui, près de 60% des sites sur la toile utilisent WordPress, concentrons-nous sur ce CMS (Content Management System). Et plus particulièrement sur le plugin Yoast.

 

Pour installer Yoast

 

Rendez-vous dans Extensions > Ajouter. Tapez ensuite votre recherche (ici, "Yoast") dans la barre de recherche en haut à droite, puis cliquez sur Installer > Activer.

 

 

Votre plugin s'affichera désormais dans l'éditeur, en-dessous de chaque page ou article en création.

 

 

Pour remplir la balise TITLE

 

En-dessous de l'article, modifiez tout simplement le champ "Méta titre", en commençant par votre mot clé principal.

 

 

Pour remplir le permalien

 

Juste en-dessous de la balise TITRE, remplissez le champ "Slug" avec votre mot clé principal.

 

 

Pour remplir la méta description

 

Juste en-dessous du champ Slug, vous trouverez l'encadré pour rédiger votre méta description. N'oubliez pas : écrivez une ligne ou deux qui incitent au clic, et ne dépassez pas 156 caractères !

 

 

Pour remplir la balise ALT

 

Rendez-vous sur la colonne de gauche, puis cliquez dans Média > Bibliothèque. Choisissez votre image, puis remplissez le champ à droite "Texte alternatif".

 

 

Vous n'avez plus qu'à appliquer ces 4 méthodes pour optimiser efficacement votre page web !

 

 

 

Un résumé condensé de tout ce que l'on vient de voir ?

 

 

Bien rédiger pour le web, c'est bien préparer votre rédaction. Notamment avec :

 

• La sélection de votre mot clé principal
• La sélection de vos mots clés secondaires
• La définition de votre champ lexical et sémantique

 

La deuxième étape consiste à structurer votre texte, avec :

 

• La balise h1
• Les autres balises HTML (h2, h3, h4, h5 et h6)

 

Puis de rédiger un contenu supérieur à 1000 mots pour un article de blog, ou 800 mots pour une page web.

 

La dernière étape, c'est l'optimisation de votre texte. Avec :

 

• La balise TITLE
• La méta description
• Le permalien
• La balise ALT
• Le maillage interne et externe

 

À vous de jouer maintenant !